Le contre coup…

IMG_2782

Je vous en avait déjà parlé ici, après quelques années de préparation, je suis enfin partie au Népal. J’ai en quelques sorte réalisé mon rêve, partir seule dans ce pays d’Asie. Et puis j’ai toujours rêvé de participer à Pékin Express sur M6, on va dire que j’ai allié le Népal au voyage « sac à dos ». En tout cas, j’ai vraiment l’impression d’avoir accompli une mission, d’avoir fait ce que j’avais à faire. Pour le moment, car je sens déjà le prochain appel …

Je suis partie du 8 au 18 avril dernier, j’aurais aimé partir plus de 10 jours mais je n’ai pas pu avoir plus de congés à cette période de l’année. J’avais préparé mon voyage avec AirBnB, j’ai dormi chez l’habitant, me suis déplacée en bus. Je suis rentrée il y a donc environ 1 mois et demi, et les traces de ce voyage sont toujours bien présentes. Je serai marquée à vie de toute façon par cette expérience, mais disons que je suis toujours dans la phase « digestion ».

Je m’attendais à être chamboulée, mais pas à ce point. Je m’attendais à vivre et à voir des choses inédites, exceptionnelles, à avoir des prises de conscience à l’instant T. Et je me rends compte que j’ai été touchée au plus profond de moi même, que des changements s’opèrent sur la longueur.

J’ai du mal à parler de ce voyage. Là bas, la seule personne avec qui j’ai échangé c’est Monsieur Koala. J’ai l’ai eu tous les soirs au téléphone sauf une fois, pas longtemps car l’électricité est régulièrement coupée et le wifi aussi. Je n’ai rien posté sur les réseaux sociaux, moi qui en suis adepte. A mon retour, j’ai eu du mal à reconnecter. Mon corps était là mais mon esprit bien loin. J’ai montré mes photos à peu de gens. Quand on me demande de raconter, je reste évasive, je bloque et ne raconte pas les détails.

Je ne sais pas réellement pourquoi. Peut être que je veux garder tout ça pour moi, peut être que j’ai peur d’être déçue de la réaction des autres, que de toute façon personne ne saura vraiment comprendre ce que j’ai vécu et que je ne veux pas qu’ils minimisent mon expérience.

Je n’ai donc pas encore fait d’article sur mon voyage, je ne sais pas s’il y en aura un, peut être plus tard, quand j’aurai digéré l’intégralité de la chose. A la fois j’ai très envie de présenter ce pays, ces habitants car ils méritent vraiment d’être connus, et à la fois, quand j’essaye, j’ai l’impression de me mettre « à poil » et je supprime les 3 mots que j’ai écrit.

Je sais juste que le Népal est un pays vraiment extraordinaire ! Je m’y suis sentie bien au 1er pieds que j’y ai posé ! Je me suis sentie chez moi tout simplement. Je n’ai jamais eu peur, je ne me suis jamais sentie en insécurité. Les népalais sont gentils, serviables, peut être même trop ! Ils sont honorés qu’on viennent visiter leur pays, limite étonnés qu’on viennent de si loin pour les rencontrer. A l’image de cette femme à droite que j’ai rencontrée sur les marche du temple Swayambunath et qui m’a présenté son artisanat. J’ai finit chez elle à même le sol, dans une pièce de 10m2 toute fissurée, à boire un thé noir avec sa maman, un moment de partage rare.

IMG_2953
Gorka et sa maman, un thé partagé, un moment gravé

C’est un pays très pauvre évidemment, qui porte encore les stigmates du tremblement de terre du 25 avril 2015. Le peuple népalais est très fort et ne baisse jamais les bras, même quand les dieux qu’ils prient tous les jours leur envoient une telle épreuve. Ils sont humbles et généreux, ils donnent sans retour.

Je ne pensais pas découvrir autant de paysages différents. En 10 jours et 3 villes, j’ai eu l’impression de visiter 3 pays ! Katmandou et ses klaxons incessants, sa poussière, ses temples, 30 degrés, puis Pokhara au bord d’un lac et des montagnes, apaisant, 20 degrés, puis la jungle, rhinocéros, ours, crocodiles, 40 degrés !

Bref, je me nourris encore des photos et des vidéos que j’ai prises. J’échange par mail et réseaux sociaux avec mes hôtes d’AirBnB avec qui j’ai tissé de vrais liens d’amitié. Je ne veux pas oublier, j’ai besoin de garder un point d’encrage là bas.

J’espère vous raconter toute l’histoire bientôt…

Namaste

 

Le contre coup…

#LISBONNE15

Depuis l’an dernier, j’ai envie de visiter une capitale européenne par an. Pas loin, pas très cher et plein de choses à découvrir ! Pour l’instant on part en décembre, c’est le moment de l’année où on a besoin de changer d’air après 4 mois de travail intense. En 2014 on à fait Berlin, cette année Lisbonne, Lisboa pour les initiés !

Nous sommes partis 4 jours, arrivée le vendredi soir, départ le mardi midi, avec Easy jet, de Lyon St Ex. C’est parfait pour visiter la ville, ne rien rater, sans pour autant courir. On a pu voir ce qu’on avait envie de voir, quasiment tout hein… et profiter, flâner dans les rues.

Lisbonne est une ville magnif aïque ma chérie -ique !!! A peine arrivés à l’aéroport, on s’est dis que ça allait être top ! Les espaces sont grands, aérés, bien éclairés et surtout très propres ! C’est un constat qu’on a pu faire tout au long de notre séjour, la propreté et le soin.

Tout est très accueillant, chaleureux. Il y a des bancs partout en invitation à se poser et discuter, les espaces communs sont nombreux et agréables, on se sent bien partout. Aucune impression d’insécurité, à aucun moment, l’ambiance est détendue, il fait bon vivre comme on dis.

Nous sommes donc arrivés le vendredi soir, après 2h de retard à cause de l’avion. J’avais noté quelles lignes de métro prendre pour arriver dans le quartier de l’Alfama où se trouvait notre petit appart en location par Air BnB. On s’est rendu compte que Lisbonne était à l’échelle de Lyon, même nombre de lignes de métro, c’est simple et clair. A Berlin, on avait galéré en aillant les infos… la gare est un peu glauque et la signalétique pas très claire.

Bref, vous  achetez une carte de transport en commun, vous la payez 0.50€ et vous pouvez la recharger autant de fois que vous voulez aux guichets ou aux bornes. Un trajet coûte 1.40€, personnellement on a pris le métro pour arriver et repartir, on a tout fait à pieds !

Arrivée au musée du Fado, j’échange en anglais avec Daniel avec qui on doit faire le check-in, vu qu’on a 2h de retard, il s’occupe d’autres clients et nous propose de manger en l’attendant. On tombe par hasard au fond d’une courette dans ce petit restau tout mignon, le Lautasco.

Une salle vide, une terrasse vide aussi, hum on se demande si c’est une bonne idée et puis on est là pour découvrir, on verra. On mange donc  dehors, il fait 15°, on est super bien ! Le serveur nous apporte tout de suite des olives, du pain, du beurre et du fromage. On n’avait encore rien commandé… vous saurez si vous allez à Lisbonne que tous les restau fonctionnent comme ça, c’est le droit de couvert. selon les restau il n’y a pas d’olive, le pain est de plus ou bonne qualité mais il y a toujours quelquechose. On a  eu à payer 0.90€ par personne pour ce droit, rien du tout comparé à la qualité des olives !! Madre Mia les meilleurs de notre vie ! Le fromage également était un délice, à la fin, t’as plus très faim !

IMG_2099IMG_2096

D’entrée, on a vite compris que la générosité des portugais n’était pas un mythe. Mon collègue a vécu 2 ans à Lisbonne et m’avait prévenu, attention quand tu commande un plat, c’est pas UNE part, c’est le plat ! Donc, on a pris une petite salade et une morue grillée qu’on à partagé en 2 et on a bien fait ! Tu mange largement à 2 !

Autre petit détail des restaurants portugais, ce sont les hommes au service et les femmes en cuisine ! L’inverse de chez nous. Tous les restaurants qu’on a fait on une carte en toute les langues, on nous apportait la française et les serveurs parlent quasiment tous français, beaucoup de commerçants d’ailleurs.

Daniel nous a rejoint, on a passé la soirée à discuter avec lui avant qu’il nous montre l’appartement à 2 rues de là. Là encore, très propre, au dernier étage, identique à la description de AirBnB. Une petite boite de sardines en guise de bienvenue, parfait ! Une bonne nuit de sommeil avant d’arpenter les 7 collines de Lisboa !

IMG_2170IMG_2169IMG_2177IMG_2174IMG_2172IMG_2382

 Jour 1 : Baixa Chiado / Rossio / Nord / Alfama

Samedi matin on a fait quelques courses dans le quartier, puis on est allé à Praça Comercio, la place du commerce avec son arche. Immense au bord du fleuve, ça fait tout bizarre d’être au bord de l’eau d’un côté, en pleine ville de l’autre.

Puis nous avons pris l’ascenseur Santa Justa qui permet de passer d’une colline à une autre. Un ascenseur construit en 1900, créé par un étudiant de Gustave Eiffel, tout en fer forgé avec 2 cabines décorées tout en bois. 5€ par personne c’est un peu cher, on a pas mal attendu aussi pour monter, mais la vue tout en haut vaut le coup !

On arrive au quartier Rossio on où a mangé dans un super petit restau, en terrasse encore grâce aux températures de folie, le O Pinoquio. Là encore, olives, pain et formage pour commencer, une salades et une paella, un délice !

De là, on fait quelques boutiques, Zara pour n’en citer qu’une où l’amoureux trouve le manteau parfait, mais pas à sa taille. Pas grave, à Lisbonne des Zara y’en a plein ! On a pris un bus pour aller dans le nord de Lisbonne où on a trouvé la pièce à la bonne taille, et la bonne affaire : 129€ au Portugal contre 159€ en France, BIM !

Puis retour à pieds dans le sud, la demi heure de marche bien agréable, avec les bonnes chaussures ! J’ai investis dans des New Balance juste avant le départ et c’est la meilleure chose que j’ai pu faire !

IMG_2125IMG_2121

IMG_2117 IMG_2540IMG_2131IMG_2141IMG_2152IMG_7904IMG_2166

Jour 2 : Belèm

Le 2ème jour, dimanche donc, visite de Bélèm, et il y a tant à voir ! Bélèm est un quartier à l’ouest de la ville, on y va en tram uniquement, comptez 30 minutes. Ce matin là il y avait un marathon dans la ville donc beaucoup de rues étaient coupées et les tram et bus à l’arrêt. On a pris un taxi pour faire les quelques kilomètres, mon collègue m’avait dit de ne pas hésiter, que ce n’était pas très cher. En effet, 7€ pour la course, raisonnable.

On a commencé par le centre culturel avec le Museu Colaçeo Berardo, musée d’art moderne et contemporain gratuit. Dans la cour intérieur, un petit marché très sympa.

Puis vient l’heure de manger et surtout de goûter aux fameuses Pastéis de Nata de Belèm, le Graal ! Je n’ai pas voulu en manger avant de goûter celles ci qui sont les meilleures de la ville. On en a goûté d’autre après et vraiment, aucune ne leur arrive à la cheville. Les Pastéis ce sont des petits flan ou crème aux oeufs dans une mini tartelette en pâte feuilletée, saupoudrée de cannelle… exceptionnel ! La boutique est inratable, il y a une file d’attente jusque sur le trottoir, coup de bol quand on est arrivé, il n’y avait quasiment personne ! 10€ les 5, on s’en fou du prix, c’était trop bon ! Dégustation dans le très beau parc de l’autre côté de la rue, en plein soleil avec 20°.

Puis on est passé par un passage sous la route pour rejoindre la tour des découvertes, une tour en forme de bateau qui s’avance sur le fleuve Tage. Puis une jolie ballade au fil de l’eau jusqu’à la tour de Belèm que nous avons visité, une ancienne prison.

Nous avions prévu de visiter le monastère Jéronimos mais nous n’avons pas eu le temps, il faut dire qu’on a bien profité de cette fabuleuse journée, on l’a vu d’extérieur, il était déjà magnifique.

Retour en tram dans notre quartier Alfama et dîner dans un bar tapas vin et fromage, on s’est bien soignés !

IMG_2185IMG_2196IMG_2212IMG_2218IMG_2220IMG_2232IMG_2249IMG_7878IMG_2251IMG_2254IMG_2273IMG_2301IMG_2287 IMG_2300IMG_2306IMG_2321IMG_2322IMG_2328IMG_2330IMG_2336IMG_2337IMG_7873IMG_2346IMG_2378IMG_2371

Jour 3 : Castelo Saint Georges / Bairro Alto

Lundi matin, départ pour la visite du chateau St Georges à côté de l’appart. Primo, un petit café en terrasse avec une vue imprenable, le soleil toujours là et plus frais, le manteau était nécessaire. 17€ par personne plus tard, nous entrons dans les jardins du château avec là encore une vue sur tout Lisbonne et le fleuve. Le brouillard a un peu gâché la chose, on y est repassé dans l’après midi quand il s’est dissipé pour reprendre des jolies photos.

Puis on a prix le célèbre tram 28, le jaune, pour monter au Barrio alto, comprenez le quartier du haut. ces trams sont magiques : ils semblent avoir 1000 ans, grincent de partout mais sont d’une efficacité ! Ça monte vraiment par moment et la bête ne faiblit pas. C’est tout petit dedans, tout en bois. C’est le même prix qu’un trajet métro normal avec votre carte.

On a pas mal marché ce jour là, on s’est laissé porter par les rues et on a vite retrouvé les rues par lesquelles on était déjà passé, Lisbonne n’est pas très grand, je le redis à peu près comme Lyon.

IMG_2399IMG_2391IMG_2400IMG_2407IMG_2405IMG_2420IMG_2411IMG_2424IMG_2413IMG_2438IMG_2445IMG_2456IMG_2458IMG_2470IMG_2476IMG_2477IMG_2486IMG_2489Image2IMG_2513 IMG_2519Image3Image5

Jour 4 : Oriente

Le matin du 4ème jour mardi, nous avons pris le chemin de l’aéroport. Notre avion était à 13h, j’avais prévu de faire un stop à la station Oriente pour voir le site de l’exposition universelle de 1998. Un immense centre commercial au bord du Tage, le toit de la station est bien spécifique. Il faisait moche et froid quand on est partit, je n’ai pas pris de photos mais voici ce toit si spécial que j’ai trouvé dans un tableau Pinterest.

Vistas


L’ADDITION SIOU PLAIT !

Les 2 billets d’avion A/R : 207€ ! Un retour à 26€, imbattable EasyJet !

4 nuits avec AirBnb = 165€ – Draps et serviettes de toilette comprises. C’était 31€ la nuit plus frais de service et frais de ménage.

+ 32€ de parking à l’aéroport

= 404€ SOIT 202€ PAR PERSONNE

Sur place, le coût de la vie dans les restaurants est un peu moins élevé qu’en France mais moins que ce qu’on nous avait annoncé. On peut manger entrée plat dessert pour une dizaine d’euros. La plupart du temps on en avait entre 30€ et 40€, en prenant le petit déjeuner à l’appartement et on ne mange pas beaucoup le soir donc un mini dîner.


MORALITÉ…

GROS coup de cœur pour Lisbonne !! Une ville douce, très belle, soignée, bien entretenue. Des habitants souriants, gentils et serviables. Le soleil en prime, une vraie destination d’amoureux pour se retrouver. C’est même l’endroit idéal pour faire sa demande, très romantique. N’y voyez aucun message 🙂

Bon voyage !

#LISBONNE15

#BERLIN14

En décembre 2014, j’ai offert un weekend à Berlin à mon amoureux pour ses 30 ans.

C’est une des 1ères capitales européennes qu’il avait envie de voir et je commençais moi aussi à vouloir aller faire un tour chez nos amis européens, peut importe par quel pays on commençait.

On me décrivait Berlin comme une ville où l’art avait une place importante, une ville jeune et dynamique, c’est bien cette ville qu’on a découvert.

On est partit de Lyon par Easy Jet le vendredi matin pour un retour le dimanche après midi. Rapide et efficace, un sac à dos chacun, pas de bagage en soute. On avait laissé la voiture à l’aéroport et j’ai été agréablement surprise du prix du parking : 30€ pour 3 jours, réservé à l’avance sur le site. Vous recevez un code à scanner sur la borne du parking, parfait !

Nous avions donc 2 jours plein pour visiter la ville, les bâtiments à l’architecture incontournable, les magnifiques marchés de Noël très nombreux à cette époque de l’année, l’art de rue et les galeries sans oublier la bière !

J’avais tout anticipé, les temps de trajets à pieds / transports en commun : J’avais entré dans google maps toutes les adresses des endroits où nous voulions aller, je n’avais plus qu’à lancer l’itinéraire, on se laissait guider de station en station. Chaque station de tram ou métro est une gare, entendez « Bahnof ». J’ai plutôt bien réussi à retenir les noms, 2 ans d’allemand pendant mes études à Nancy, finalement ça m’a servi ! L’homme par contre, c’était autre chose ! Il avait l’impression d’entendre toujours la même chose! Oranienstrasse, Friedrichstrasse, Mittelstrasse… et oui, Strasse en allemand ça veut dire « rue » donc évidemment …

Jour 1 :

On a donc commencé par aller voir le fameux, mur de Berlin, East Side Galery. On goûte notre premier bretzel, on n’a pas du tomber sur la bonne boulangerie…, c’était pas top, bref. Le morceaux de mur qui reste debout est peint sur toute sa longueur, c’est assez impressionnant, des tableaux très variés, plein de couleurs ! Il faut dire que se retrouver au pied de ce mur là fait réfléchir, c’est assez fou de se dire que quand je suis née, c’était encore une frontière. Quelques barbelés sont encore là, plus qu’un morceaux de mur, un morceaux de l’histoire.

On s’est fait surprendre par la tombée de la nuit, 15h30 la lumière a commencé à baisser, 16h il faisait quasiment nuit ! On est bien plus au Nord, et niveau températures, c’est le même combat … vraiment ça caille! Le vent du Nord est glacial, bonnet, gants et écharpe au dessus du nez, on était content de rentrer dans une petite boutique de temps en temps.

Puis direction l’auberge de jeunesse dans le quartier Mitte, c’est LE quartier central, pratique quand on est à pieds. Au passage, arrêt dans un supermarché : on s’était fait piquer déodorant et shampoing à l’embarquement, bé oui on ne peut toujours pas prendre avec soi des contenants de plus de 100ml en cabine donc avec juste un bagage à main, c’était prévisible.

J’ai pris ces photos le lendemain matin, puisqu’il faisait nuit quand on est arrivé si vous avez suivi. C’est l’auberge one80º Hostel. Très bon accueil, calme, très propre. Seul bémol à notre arrivée, on se retrouve dans un dortoir avec 3 gus qui pionçaient déjà … alors que j’avais réservé, par téléphone, une chambre privée. Retour à l’accueil, j’explique tout, in english of course, j’appelle voyage SNCF tant bien que mal avec les suffixes patati patata, la nana me répond que j’ai bien une résa pour un dortoir. Bilan, la nana qui a fait ma réservation par tél s’est trompée et comme tout s’est fait à l’oral, je n’ai pas de preuves ! On a repayé 150€ pour être seuls dans notre chambre, la réceptionniste de l’auberge nous dis que ça arrive souvent avec SNCF… pour le prochain voyage, on fera autrement.

Après une petite pause, on repart pour le marché de Noël de la place Gendarmenmarkt, le plus beau que je n’avais jamais vu ! Ils ne rigolent pas avec Noël les berlinois ! Des petites tentes chauffées, des maisonnettes en bois, des sapins d’une hauteur colossale, décorés de haut en bas, des odeurs, de la musique… vous allez me dire « wai un marché de Noël quoi ! » sauf que, c’est plus parlant en photo :

Les sapins sont vraiment immenses ! Et il y en a un peu partout dans les rues, des petits, des grands, tous décorés.

Comme vous pouvez le voir, on était entouré de magnifique bâtiments : le Französischer Dom, Le Deutscher Dom et le Konzerthaus. Ces bâtiments ont été endommagés pendant la seconde guerre mondiale et n’ont été reconstruits qu’à partir de 1977.

Les décors de Noël sont fous, il y en a des milliers ! Très bien exposés, on se croirait dans la maison des lutins du Père Noël ! J’avais les yeux d’une gamine de 5 ans, fabuleux !

Et puis, THE saucisse ! Wurst en allemand, la véritable passion des Berlinois ! Je ne m’attendais pas à en voir à tous les coins de rue comme ça. A Berlin on mange des saucisses dès le petit déj ! Et toute la journée en fait. Dès qu’ils ont une petite faim, ils mangent une saucisse ! On a évidemment testé, et ce n’est pas une mauvaise expérience ! Au bord d’un feu avec une bière et des marrons, j’ai tout simplement adoré !

 Jour 2 :

Après une nuit agréable, on a pris le petit déjeuner à l’auberge. Plein de sortes de pains différents, du salé, du sucré, top ! On a passé la journée du samedi à arpenter la ville, toujours dans un froid polaire.

L’horloge Universelle juste à côté de notre auberge sur Alexanderplatz, la Fernsehturm, tour de télévision, les fameux kiosques à saucisse !

Le Palais du Reichstag, siège du parlement allemand et son impressionnante coupole de verre. On a voulu visiter, on s’y est arrêté à 2 reprises mais la file d’attente de 2h à -8000° nous a comment dire … refroidit encore plus ! Le symbole de l’Ours de Berlin, (parce qu’en allemand, l’ours se dit « Bär » et que, de Bär à Berlin, il n’y a qu’un pas!) Puis la colonne de la victoire avec sa statue dorée : on est monté tout en haut, un peu déçue de la vue, surement en cause la météo très nuageuse.

Pause du midi dans un restaurant typique où on a goûté les spécialités : boulettes mit kartoffelsalat (boulette avec salade de pomme de terre) et le currywurst : saucisse de viande de porc recouverte de ketchup et saupoudrée de curry ! Appétissant hein ? Pas très délicat mais on voulait vraiment tester, c’est ce qu’il y a d’intéressant dans le voyage au final, et c’était plutôt bon ! J’ai l’impression que c’est un peu comme un kebab, toute la ville en fait, il y a des très bons et des très mauvais !

On poursuit à la tombée de la nuit, 16h donc… avec Brandenburger Tor, la Porte de Brandebourg, le monument que j’ai préféré. Avec le sapin de Noël et la Ménorah pour Hanoucca, pas de jaloux !

On est allé ensuite dans le quartier du Tacheless, célèbre pour son art de rue. J’avais lu qu’il était fermé depuis 1 an mais qu’on pouvait encore y entrer par derrière en passant par un jardin. Au final, pas d’accès, on a juste pu voir l’extérieur du bâtiment et ses tags. C’était un peu glauque, la pluie en prime. Et puis l’ambiance s’est améliorée avec la rencontre d’un artiste allemand qui nous a montré son book photos : un genre de montage psychédélique très sympa et surtout inédit !

On a terminé la journée avec une brochette de fraises au chocolat et une ballade au milieu d’un marché de Noël avec sa patinoire en extérieur.

 Jour 3 :

Le dimanche matin on avait décidé d’aller bruncher dans un quartier plus au sud, sur la route de l’aéroport. Je l’avais calé ici puisqu’on reprenait l’avion en début d’après midi, timing idéal. On a pris plusieurs bus pour s’y rendre et c’est vrai que le Berlin périphérique est très différent du centre. On a l’impression d’être en Pologne dans les années 50 ! Des immeubles d’une autre époque, des façades usées, je ne m’attendais pas du tout à trouver la ville dans son jus d’après guerre, comme si le temps s’était arrêté.

Notre point de chute a été le Roamers – Coffee & Booze. Attention, GROS coup de cœur pour ce petit endroit ! La déco est faite de bois, de chaises chinées dépareillées, de pots de fleurs en terre cuite, de plantes grasses. Le serveur, barbu, tatoué et branché, nous a sorti quelques mots de français, les plats sont clairement à tomber à la renverse : de la présentation aux papilles, c’est un régal ! On a eu les yeux carrément plus gros que le ventre ! (sur la fin on a même eu du mal à finir…) ^^

Et notre weekend a touché à sa fin, après 1 métro et 1 train nous avons rejoins l’aéroport Schönefeld et sommes arrivés à Lyon vers 16h.


L’addition siou plait !

les 2 billets d’avion A/R et les 2 nuits en auberge de jeunesse + 2 petits déjeuners = 355€    + 10€ de frais de draps et serviette de toilette = 365€

+ 34€ de parking à l’aéroport

+ 50€ de tickets transport en commun. On a prix chacun un pass de 72h à 25€.

= 449€ soit 225€ par personne

Et je dirais que sur place, le coût de la vie dans les restaurants est le même qu’en France. Le Roamers a un très bon rapport qualité prix, la qualité est même au dessus du prix, on aurait pu payer plus cher.


Moralité…

On a apprécié Berlin, il y a beaucoup de choses à voir, peut être qu’un jour supplémentaire est nécessaire. On aurait du aussi réserver nos places pour le Reichstag Bundestag et ne pas y renoncer pour la file d’attente.

On a apprécié partir juste avant les fêtes de Noël finalement, l’ambiance est particulière, un peu magique. Dans la lignée de notre découverte des capitales européennes, cette année en décembre ce sera Lisbonne ! Les températures seront plus cool, on part avec Easy jet et ce sera notre 1ère fois chez l’habitant avec Airbnb ! Ciao voyages SNCF !

A très vite !

#BERLIN14