Le Yoga

J’ai commencé à pratiquer le yoga en 2013. D’abord à petite dose puisque je faisais du Body Balance. Le Body Balance est un mixe de Yoga, Pilate et Tai Chi.

Beaucoup de personnes pensent que le yoga c’est mou, on ne fais que respirer, méditer, c’est un truc de feignasse, c’est pas du sport. Et bien détrompez vous, il y a plein de types de yoga différents, et pour la plupart il s’agit bien de sport.

Puis le club a fermé, et je n’ai pas retrouvé de cour de body balance près de chez moi, alors j’ai commencé à suivre des cours de yoga sur youtube, acheter des magazines, faire ma sauce avec les quelques mouvements que j’avais appris. Etant très souple, hyperlaxe exactement, et ayant pratiqué pendant de nombreuses années danse et gym, j’ai pu me débrouiller.

C’est quoi l’hyperlaxité ? C’est l’élasticité excessive des muscles, de la peau, des articulations, tendons et ligaments. Ça a ses avantages et ses inconvénients : je suis souple, je fais quasiment ce que je veux avec mon corps ce qui me permet de pratiquer à peu près n’importe quoi. Inconvénients, par exemple j’ai du arrêter la course à pied au bout de 2 mois : mes ligaments trop étirés ne tiennent pas mes rotules. Je cours 2 km et j’en ai pour une semaine de douleurs, sans exagérer, je marche difficilement, je ne peux pas rester dans la même position plus d’une heure. Il m’est arrivé d’avoir du mal à descendre les escaliers après 2h de cinéma par exemple… Autre inconvénient si c’en est un, je dois aller chez un ostéopathe spécial sportif puisque les mouvements des ostéo classiques ne me font, que dalle ! « Heu, ça m’fait rien en fait là … »

Bref, j’ai testé pas mal de disciplines et il semble que le yoga soit mon meilleur ami : pas de douleur, une musculation en profondeur, un peu de cardio, le combo.

IMG_1102
Position de l’arbre, un soir d’août 2014 à Mayotte

Et puis en septembre 2014 en rentrant d’un magnifique voyage à Mayotte, une amie de mon homme le contact : elle rentre d’Inde où elle s’est formée professeur de yoga et elle cherche à donner des cours dans de grandes entreprises à Lyon, elle cherche des contacts. On s’appelle, je lui explique que je travaille à Eurexpo, 2ème parc expo de France, pour le groupe GL Events, groupe leader mondial en événementiel, dans le genre grosse boîte, on est bien, et surtout que je suis SU-PER intéressée.

Il faut savoir que dans nos métiers, on est sous pression une grande partie de l’année, on accumule stress et fatigue, métier prenant, métier passion ! Bref, le yoga, on en aura bien besoin ! Je lance donc une étude au bureau, seriez vous intéressé(e) par un cour de yoga par semaine, sur place ? Le critère « sur place » est très important, Eurexpo à Chassieu, c’est … comment dire… loin de tout… donc pour pratiquer une activité entre 12h et 14h, il ne faut pas avoir à prendre sa voiture.

Et contre toute attente, ça marche ! 17 personnes intéressées ! Avec mon étude, je suis allée voir mon boss, lui explique le projet, et lui demande si la société pourrait participer financièrement. Là encore, c’est un oui, bonne nouvelle !

J’organise un cour d’essai début janvier. Nous sommes ravis du cour d’essai, c’est partit pour un an ! Gestion des inscriptions, paiements, réservation de salle semaines après semaines… une vrai MJC ! On a ensuite changé de prof en cours d’année car elle ne pouvait plus les assurer. Et autre bonne surprise, plus expérimenté, il nous a fait progresser d’un coup !

Au départ, t’as l’impression que le prof, il parle pas français … toutes les postures,  » les asanas », ont un nom en sanskrit (langue des textes religieux hindous, bouddhiste) traduit en français, à chaque fois il nous donne les 2 noms.

Je ne sais pas comment s’appelle cette position, je test en imitant les pros d’Instagram 😀 !

On commence par échauffer les articulations, les muscles que l’on va solliciter. On met en place la respiration qu’on gardera pendant tout le cour, à savoir j’inspire je gonfle le ventre et les poumons, j’expire je creuse le ventre et j’engage (je contracte) les « Mula bandha », muscles des abdominaux et du périnée.

Pour exemple, chien tête en bas « Adho Mukha Svanasana », chien tête en haut « Urdhva Mukha Svanasana », bébé cobra, planche, guerrier 1, guerrier 2, fente, la table, la montagne , la chaise, le corbeau, l’arbre… Pendant 1h on enchaîne les postures, sans oublier la respiration. Autant dire qu’on ne pense à rien, même pas à soi. On se laisse porter par le prof et la musique. Et puis le prof nous a sortit des phrases du genre « On inspire de l’amouuur, on expire de la gratituuuude  » AHAH ! Au départ, on était à la limite de se moquer ! Et puis en fait, il faut juste le prendre au second degrés, on s’en fiche, tout ce que l’on sait c’est que ça nous fait du bien !

On se regarde, on rit, on s’entend faire des bruits qui prouvent que oui, le yoga, ça peut être dur ! A la fin certains prennent une douche, un vrai sport je vous dis ! Le cour se termine par 10 minutes de relaxation. Allongé sur le dos, le prof nous couvre, et vient nous masser individuellement, les épaules, le crâne, et là, tu fonds dans le sol… tu es tout simplement bien … Après tu plane un peu l’après midi, mais c’est top !

Et la toute 1ère fois que j’ai du yoga, à la fin du cours, j’ai pleuré … L’énergie circule même si on ne la sent pas, on ne la voit pas, et pourtant ce jour là, je ne sais pas pourquoi j’ai pleuré, j’ai juste lâché, j’ai évacué du stress, des peurs, je ne sais pas. Ça ne me l’a jamais refait, peut être parce que maintenant j’élimine au fur et à mesure en pratiquant souvent.

Récemment, en octobre, j’ai senti qu’il m’en fallait plus. J’avais besoin d’un 2ème cour dans la semaine pour être bien, comme une drogue. Le truc c’est que quand tu as un prof que tu apprécie et qui a son style, c’est dur d’aller voir ailleurs. J’ai quand même testé 2 cours proche de chez moi, sans succès. Je me suis finalement inscrite dans le club du prof qui vient au bureau, même si ce n’est absolument pas sur ma route. Et ça fait environ 1 mois maintenant que je pratique 1h30 de yoga le soir en début de semaine et 1h le midi en milieu de semaine. Il m’arrive même d’en refaire le weekend ! Addictif !

Donc, si vous avez l’occasion de tester un cour, ne soyez pas frileux, vous serez certainement surpris ! Au bureau, beaucoup disait « non mais c’est pas pour moi, je suis raide comme un bâton, et puis ça à l’air chiant ». Et puis au fil du temps, les inscrits parlent et dans les couloirs les « pas intéressés » du départ ont envie d’essayer, et finissent par venir toutes les semaines.

Si vous vous sentez stressé, sur les nerfs, pas en phase, c’est la bonne solution au quotidien pour se sentir, juste bien.

Namasté.

 

 

 

Publicités
Le Yoga